Bref historique

Migrations Santé France s’appelait au tout début  le Comité médicosocial pour la santé des migrants.

Avant de se déclarer association à but non lucratif le 19 février 1970, les membres initiateurs du comité, constitués de professionnels de la santé et du social : médecins, psychiatres, psychologues, infirmières, assistantes sociales, juristes, animateur sociaux, se réunissaient pour échanger autour de leur pratiques auprès des travailleurs étrangers, dont le nombre ne cessaient d’augmenter. La croissance de 6% du PIB durant les trente glorieuses nécessitait une main d’œuvre de plus en plus nombreuse. La population française et l’immigration européenne, surtout italienne, espagnole et portugaise ne suffisant plus, Il avait fallu faire appel aux travailleurs des anciennes colonies du Maghreb et d’Afrique de l’Ouest.

Les nouveaux arrivés logeaient dans des foyers surchargés, des bidonvilles, des chambres d’hôtels insalubres et vivaient dans des conditions précaires aussi bien matérielles que psychologiques. Le travail de Migrations Santé France a consisté au départ à produire des rapports et des études pour alerter les institutions et l’opinion nationale sur l’état sanitaire et sociale des migrants. C’est ainsi qu’un travail approfondi sur l’état de santé des travailleurs migrants, sous la direction de son président le Pr Marc Gentilini,  a vu le jour sur :

L’accueil et logement de la main d’œuvre étrangère en France,
Les maladies d’apports, surtout parasitaires,
Les maladies d’acquisition dues aux conditions de vie et de travail,
Les problèmes de santé des enfants de migrants,
Les aspects psycho-sociaux et psycho-pathologiques de la transplantation,
Le migrant à l’hôpital et dans la pratique quotidienne.

A partir d’une publication groupant différents travaux du comité médico-social, le travail s’est structuré autour d’une équipe de professionnels salariés pour pouvoir répondre aux différentes problématiques relevant du triptyque Immigration/Santé/anthropologie et interculturalité.

C’est ainsi que fut créé le centre d’information et documentation pour gérer le fonds documentaire, , diffuser l’information et publier un bulletin thématique trimestriel qui sera remplacé par  la revue Migrations Santé à partir de 1992.

En décembre 1980, le centre de formation à l’éducation pour la santé et aux approches interculturelles a été mis en place afin de répondre aux demandes des professionnels de la santé, du social et des autres intervenants auprès des populations migrantes,

La mise en place du département Actions de terrain en 1993 a fait suite à nos interventions sur la tuberculose dans les FTM et dans le diffus et à d’autres actions de prévention de la maladie du plomb dans les arrondissements parisiens (18ème, 19ème  et 20ème)   ainsi que dans d’autres villes de la région parisienne.

Méthode et stratégie d’intervention de proximité
Ce sont celles de la promotion de la santé et de la santé communautaire issues des valeurs et fondamentaux des chartes d’Alma Ata (1978) et d’Ottawa (1986), qu’on peut résumer ainsi :

Ecouter et prendre en compte les besoins et les attentes du public concerné ;
Répertorier les besoins, par l’écoute, les diagnostics, les évaluations, et tout ce qui permet de faire un état des lieux le plus proche de la réalité vécue ;
Accorder un intérêt particulier à l’expression des personnes concernées, ce qui permet une démarche participative ;
Penser l’action dans son contexte le plus large et dans le cadre de santé publique ;
Travailler avec les partenaires pour mutualiser les compétences et augmenter l’efficience de l’action menée ;
Veiller à la qualité des interventions par le recours à des évaluations qui doivent être perçues comme une dynamique réflexive globale et continue et non comme un simple bilan final.

La stratégie d’intervention  de Migrations Santé en région Île de France se nourrit de :

La mise en œuvre des objectifs qui ont présidé à sa création ;
Les enseignements de l’expérience acquise à travers plus de quatre décennies d’engagement en faveur de la protection et la promotion de la santé des migrants et de leurs familles ;
Le suivi des évolutions de l’état de santé des migrants ;
L’analyse des priorités fixées par les pouvoirs publics régionaux, départementaux  et locaux ;
Les possibilités de mobilisation de moyens financiers  nécessaires à son action ;
Les contraintes et règles fixées par les cahiers de charge établis par les financeurs;
L’adaptation continue des moyens humains et matériels propres à Migrations Santé,  au regard des ressources obtenues,
Et, enfin, la volonté d’ancrer l’ensemble de la démarche de Migrations Santé dans une logique de partenariats et de travail en réseau.

Ce positionnement nous amène à une recherche permanente de cohérence, à court et moyen terme, de nos interventions et nos actions tant sur le plan de la présence géographique que sur celui des thématiques abordées.

Tagués avec :